Roger-Marc Moreau condamné pour diffamation envers Roland Agret


Roland Agret avait été contraint de poursuivre le détective-blogueur Moreau pour ses harcèlements diffamatoires.
Débouté en première instance, le Président d’Action Justice a gagné en Appel.
En effet, le 26 mai 2010, le Cour d’Appel de Dijon a reconnu Roger-Marc Moreau coupable de diffamations envers Roland Agret.
Il devra lui verser 2000 euros de dommages et intérêts, 1500 euros sur l’article 475/1.

Monsieur Moreau n’ayant pas fait Cassation, cette condamnation pour diffamation est donc devenue définitive.
Un huissier a été saisi pour exécution.

Rappel sur l’aboutissement des procédures lancées par monsieur Moreau :

– Il poursuit en diffamation l’éditeur Michel Lafon et les auteurs du livre « Condamné à tort » (Nicolas Poincaré et Roland Agret).

Finalement, il se désiste et se retrouve condamné à 1000 euros et aux dépens par la 17 ème Chambre Correctionnelle de Paris…

– Porte parole de la CNDEP, association de détectives, une plainte est déposée contre Roland Agret. Il lui est reproché d’avoir repris ( bénévolement) l’enquête aussi onéreuse que calamiteuse de monsieur Moreau dans l’affaire Dany Leprince.

Le Parquet du Mans a classé cette plainte sans suite.

– Il avait poursuivi en diffamation Sophie Hemonnet, responsable du blog « Groupe Renée Leprince » pour avoir critiqué sa dite enquête qui, contre 18 250 euros s’est limitée à 6 auditions réalisées en deux jours, même pas signées par les témoins, donc sans valeur juridique.
De surcroît, sa retranscription contenait 3 graves erreurs…

Monsieur Moreau a été débouté de ses demandes par la 17 ème Chambre Correctionnelle de Paris.

Rappel de l’aboutissement de procédures à l’encontre de monsieur Moreau

– Poursuivi par les époux Sarlin, monsieur Moreau « fait un appel à la barre » visant Roland Agret. Autrement dit, il tente de l’entraîner dans cette plainte.

Au résultat final, Roland Agret sera écarté par la CA de Dijon et monsieur Moreau « succombera seul », devant verser 4500 euros qu’il a encaissé pour une enquête qu’il n’a jamais réalisée.

– Pour des raisons identiques, Alain Garrouste poursuivait monsieur Moreau pour inscrire 3825 euros auprès de maître Deslorieux qui gère « le redressement » de monsieur Moreau.

Alain Garrouste a eu gain de cause et sa dette est bien inscrite.

– Par l’intermédiaire de Patrick Labaune, député de la Drôme, Roger-Marc Moreau a fait l’objet d’une plainte auprès de la Commission Nationale de Déontologie et de Sécurité.
Cet organisme a publié son avis sur son site. (à voir)
Il relève plusieurs graves comportements délictueux de monsieur Moreau.

L’avis de la CNDS est historique dans la mesure où, dans les avis 2009, monsieur Moreau a été le seul « agent de recherches privé » à se faire épingler par cet organisme composé d’experts, de magistrats et hautes personnalités.

– A force de harcèlement et d’injures, Roland Agret avait été dans l’obligation de déposer plainte contre monsieur Moreau…

Il a été condamné pour diffamation par la CA de Dijon…

…Et contre un certain « REGIFLEX » qui l’injuriait sur un forum de France 2.
Il a été établi que ce pseudo sévissait de la ligne téléphonique France Télécom de…Monsieur Roger-Marc Moreau. Qui a dénoncé sa compagne C.M d’avoir utilisé son ordinateur à son insu et elle a bien reconnu être ce « REGIFLEX ».

Roland Agret a immédiatement retiré sa plainte car il est persuadé que C.M n’est pas la coupable des ces propos diffamants.

Il est dit qu’un « agent de recherches privé » doit faire acte d’une grande probité…

Dans ce parcours édifiant, monsieur Roger-Marc Moreau nous en donne un parfait exemple…