Affaire Dany Leprince : Libération, Justice et une ouverture vers la Vérité…


Pour comprendre les trémies incroyables, les basses manœuvres, les injures et calomnies qu’avec « Le Groupe Renée Leprince » nous avons dû subir, pour comprendre ce combat aux limites de l’imaginable, nous vous recommandons de vous rendre sur le « Blog du Groupe Renée Leprince » en vous attardant sur certains articles…
Nous avons subi pire que l’infamie, à nous en écoeurer.

Robert et Renée, les parents de Dany, Alain et Nathalie frère et belle-sœur sont toujours restés sur le pont.
Renée, à bout de fatigue et de profonde lassitude s’est suicidée en juin 2007.
L’horreur dans l’horreur.

La Famille Hemonnet, avec « Le Groupe Renée Leprince », vont mener une lutte exemplaire, de tous les instants. Pendant 15 ans ils ont assuré une logistique épuisante avec table ouverte pour tous…
Malgré le harcèlement, les injures et l’incroyable poursuite en Justice de Sophie, responsable du blog du Groupe, par le détective Roger-Marc Moreau, heureusement et justement débouté dans les meilleures formes. (voir article sur notre site « Roger-Marc Moreau condamné pour diffamation envers Roland Agret » et « lire la suite » qui dresse un récapitulatif concis sur les résultats judiciaires catastrophiques pour lui de cet acharnement).

Pendant 6 ans, Action-Justice va livrer l’une de ses plus terribles bagarres judiciaires, à en être tous laminés moralement, parce que renverser l’opinion publique via les médias, cela semblait au départ une mission impossible.
Comment convaincre de l’innocence « du boucher de la Sarthe » condamné à la peine maximale » pour avoir massacré son frère, sa belle-sœur et ses petites nièces ? Nous nous heurtions à une cause aussi « répugnante que déjà entendue »…

Comment obtenir un complément d’information par la Commission des Révisions ? Comment porter cette affaire au plus haut niveau, au Ministère comme à l’Elysée ?

Rien ne tient du miracle.
A coups de rames, avec le Groupe Renée Leprince, nous l’avons fait à nous en éreinter, pour le seul plaisir de nos consciences et contre rien.

Aujourd’hui, la décision de la Commission des Révisions nous comble.
Non seulement le dossier de Dany est transmis à la Chambre Criminelle de la Cour de Cassation, mais il recouvre la liberté, même si elle ressemble à une forme d’exil en région bordelaise considérant les férules de son encadrement.

Décision historique puisque c’est la première fois qu’une mesure d’élargissement est prise par cette Commission, fallait-il que les éléments de contre enquête soit aussi conséquents qu’irréfutables.
Décision courageuse, juste et surtout, qui donne une nouvelle dimension humaine à la Justice.

A l’heure où tout un petit monde s’arrache des morceaux de gloriole et d’enquête pour revendiquer « la victoire », nous vous publions la page 10 de l’arrêt de la Commission qui en outre, stipule les dates d’envois complémentaires faites par notre Président Roland Agret.
Sans autre commentaire, sinon qu’au moment où le détective Roger-Marc Moreau est congédié par la famille (il a encaissé 18250 euros à ces pauvres gens en grande détresse contre six auditions réalisées en deux jours, même pas signées par les témoins, contenant en outre des graves erreurs dans leur interprétation retranscrite) l’affaire est totalement bloquée. Pour ne pas abandonner Dany et sa famille en plein désarroi, notre Président va reprendre de zéro cette dite contre enquête à ses propres frais, pour pallier les énormes dégâts.

Tous les éléments reconnus comme nouveaux figurent dans cet arrêt et font dates des objets de rapports et demandes d’investigations.
Même ceux que certains malveillants ont qualifiés de « supercherie ».

Mais nous n’avons pas de compte à régler, nous rétablissons seulement une tranche de vérité.

Nous sommes tous fiers d’avoir participé à cette première grande étape d’un dénouement qui à notre avis sera heureux, car nous savons tous qu’une lutte judiciaire n’est jamais le fait d’une seule personne, sauf pour ceux qui ont le nombril confit de suffisance et qui n’existent que par procuration, au travers du combat des autres.

S’il n’y avait pas eu la famille de Dany, la famille Hemonnet et leurs proches, Action-Justice avec Marie-Jo, Roland Agret et leurs nombreux amis, l’engagement sans faille de Nicolas Poincaré, le livre « Condamné à tort » et cet extraordinaire écho médiatique Sarthois puis national, de tous ces journalistes sans pouvoir tous les citer, tellement ils sont nombreux) :
Dany Leprince serait encore aujourd’hui un pauvre matricule qui purge sa condamnation à Poissy dans le plus strict anonymat.

Qu’il retrouve un peu de calme malgré le souvenir indélébile de 16 ans d’enfer, dans sa convalescence auprès de sa nouvelle épouse, attendant sereinement son futur procès qui nous semble inéluctable.
Avec le grand espoir qu’il apporte la vérité sur ces atrocités commises par des inhumains. Pour les mémoires de Brigitte, Christian, Sandra, Audrey, du papa Papillon qui s’est laissé mourir de chagrin et pour celle de Renée Leprince, cette mère qui a préféré partir, plutôt que de subir et encore subir…

Action Justice

la page 10 de l’arrêt historique de la Commission des révisions